Production audiovisuelle et de spectacle vivant

 

 

Vous êtes ici : Acte Public Compagnie > > Rentrée en résidence…

Rentrée en résidence…


Acte Public – structure de production artistique – audiovisuel – théâtre – musique – s’engage avec conviction et investit ses forces vives dans le projet de création théâtrale « Chronique d’une métamorphose » qu’envisage de réaliser l’auteur, metteur en scène et réalisateur Yves Benitah. C’est une adaptation du livre « Un Autre – Chronique d’une Métamorphose » de l’écrivain hongrois Imré Kertesz.

En parcourant le dossier artistique et le texte, nous avons compris combien, pour l’Artiste comme pour Acte Pubic, ce projet hors norme et atypique, est important.

D’autant qu’il a été imaginé avec la volonté de créer une forme artistique susceptible de porter la voix d’un homme exceptionnel, d’un immense écrivain à l’écriture limpide, poétique et politique au service d’une pensée acérée. une oeuvre multiple qui s »inscrit pleinement dans le parcours et la recherche que mène Yves Benitah dans ces créations. C’est un moment culminant de sa carrière et maturé pendant des années.

Le texte de I.Kertesz – comme son adaptation – sont une somme de réflexions, de visions et de questionnements ; l’introspection d’un homme – rescapé des camps d’extermination nazis – qui tente de poser une regard sensible et lucide sur notre réalité, notre présent. Il nous interpelle sur ces valeurs où comme il le dit cette culture éthique – antisémitisme et racisme – ont, en Europe, prévalu à la « solution finale ». La question de la Shoah est omniprésente et traverse toute l’oeuvre de Kertesz ; elle en est le centre et ce texte n’y échappe pas.

À titre d’exemple, vous trouverez à la fin de cet article, deux extraits de l’adaptation. À noter : l’adaptateur a inclus un extrait d’un autre livre de Imré Kertesz, « Dossier K », dans lequel l’auteur dialogue avec lui-même, sur le sujet d’Auschwitz.

Dans un des précédents spectacles « Un Siècle de Mémoire », Yves Benitah aborde déjà le sujet de l’extermination des juifs d’Europe. « Un siècle de mémoire » a été écrit après un long travail d’entretien avec des personnes âgées, des centenaires, modestes figurants de l’Histoire. Ils témoignent de ce qu’ils ont vécu, vu dans le XXème siècle tourmenté.

Extraits de « Chronique d’une Métamorphose » Film de Théâtre écrit, mis en scène et réalisé par Yves Benitah

Extrait 1 – I.K – « Un Autre – Chronique d’une Métamorphose »

…/… Aucune approche d’Auschwitz n’est possible, sauf si on prend Dieu comme point de départ ; Auschwitz est l’un de ces grand désastres qui devraient servir d’avertissement à l’Homme si ce dernier y était attentif. Au lieu de cela, on met en avant des thèmes scientifiques et l’on parle, par exemple, de la banalité du crime, ce qui est comme une carte de voeux de l’enfer. Si Auschwitz n’a servi à rien, Dieu a fait faillite et si nous faisons faillir Dieu, nous ne comprendrons jamais Auschwitz. Ainsi, moi, sur une scène gigantesque et dévastée – appelons-la  la Terre – où l’on ne voit dans la lumière devenue grise que quelques tas de gravats, des morceaux de barbelés, une croix cassée en deux et les restes de quelques autres insignes : sous ce ciel gris, à genoux dans la poussière, le visage couvert de cendre, au nom terrible de la grâce, j’accepte Auschwitz…/…

Extrait 2 – I.K – « Dossier K »

…/… On me dit qu’avec ce sujet, j’arrive trop tard. Qu’il n’est plus d’actualité. Qu’il fallait traiter le « sujet » plus tôt, il y a dix ans au moins, etc. Mais, moi, c’est maintenant que je me suis rendu compte que rien ne m’intéresse plus que le mythe d’Auschwitz (…) Quelles que soient mes réflexions, elles portent toujours sur Auschwitz. Même si en apparence je parle d’autre chose, je parle d’Auschwitz. Je suis le médium de l’esprit d’Auschwitz, c’est Auschwitz qui parle en moi. Tout me paraît inepte en comparaison (…) Auschwitz et tout ce qui lui appartient (et qu’est-ce qui ne lui appartient pas de nos jours ?) est le plus grand traumatisme de l’Européen depuis la croix… »

On peut remarquer qu’Auschwitz a été possible, certes, mais la réponse unique à ce crime unique, la catharsis, n’a pas été possible. Et c’est justement la réalité qui l’a rendue impossible, notre quotidien, notre vie, la manière dont la vivons – à savoir tout ce qui a rendu Auschwitz possible…/…

 

 

Acte Public – Plate-forme culturelle – Images & Créations

 

 

Laissez un commentaire